•  

     

     

     

    1940

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    1940

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Betty McLauchlen Super Model  Vogue 1943  Ad  for Models Special Makeup

     

     

     

     

    Betty McLauchlen Super Model  Vogue 1943  Ad  for Models Special Makeup

     

     

    I love this beautiful ad. From 1943 edition of Vogue. Featuring the gorgeous model Betty McLauchlen.

    Betty was the "Super Model" of the 1940s. Working for the Powers modeling agency in New York. She was at the height of her career in 1947 making a salary of $200.00 per week. Wow! times have changed. She was the most photographed model of that time.

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    1942

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Lucien Lelong. Crèpe rayonne blanc et noir, ceinture rose.

     

     

     Lucien Lelong, né le 11 octobre 1889 à Paris 9e et décédé le 11 mai 1958 à Anglet, est un couturier français.

     

    Lucien Lelong 1931 Mrs L. Lelong, Princesse Natalie Paley

     

    Lucien Lelong 1931 Mrs L. Lelong, Princesse Natalie Paley

     

    Lucien Lelong 1945 Mourgue

     

    1945

     

    Il fut un styliste moderne, un artiste au goût impeccable. A ses débuts,

    Lucien Lelong sut attirer à lui les Parisiennes fortunées qui acceptaient volontiers de poser vêtues de ses modèles en échange de quelque ristourne.

      

    Dès 1925, cet esthète qui inventa le prêt-à-porter de luxe revendiquait un style "sport, simple, jeune", imposant une ligne "kinétique" qui traduisait parfaitement l'esprit du temps et la vitesse qui le caractérisait.

     

     

      

     

     

    Presque oublié, Lucien Lelong est aujourd'hui réhabilité par le somptueux album que lui consacre Jacqueline Demornex. Un ouvrage très documenté et illustré qui permet de redécouvrir toutes les facettes de cette figure centrale de la mode des années 1920 aux années 1950.

    (article d'Alexandre Fillon sources

    http://www.lexpress.fr/culture/livre/lucien-lelong-l-intemporel_813351.html

     

     

    Histoire de l'ESCARPIN

     

    LUCIEN LELONG

     

     
    Chaque création de Lucien Lelong avait un secret - une histoire secrète, un nom ou même un ingrédient -. qui les rendaient particulière dans l'histoire de la parfumerie N, un parfum rare n'a pas fait exception et a été le reflet de la vie privée et publique de la grand couturier.
     
     
     
     

     

     

     

    D'abord, il y avait la N qui a été lancé dans les premières années d' Parfums Lucien Lelong (1924-1928) avec d'autres "lettre" des créations (comme A, B, C) ​​une idée similaires à des numéros de Chanel (Coco, Lucien et son femme étaient amis, mais c'est une autre histoire).

     

     

     

      

    N était un parfum léger et sec. En 1927, Lucien Lelong a épousé la princesse Nathalie Paley qui a déjà travaillé pour lui. Lucien Lelong pris son droit de sortir de son département propre parfum, a déclaré le Grand-duc Paul. Elle est devenue un modèle, le «visage» de la maison et une icône de mode. Leur mariage a été formelle et ils ont divorcé en 1937.

     

     

     

      

      

    On croit que le premier parfum N a été lancé en son honneur. Mais N pourrait venir aussi de Nicolas - un autre garçon célèbres des années 20 - Nicolas de Gunzburg connu pour ses parties extravagantes et plus tard pour sa contribution à la mode.Nicolas a également été un bon ami de Nathalie et ils sont arrivés ensemble en Amérique en 1934.Maintenant, il est difficile de savoir qui était dans l'esprit de Lucien Lelong quand il a créé N. Nathalie, la jeune femme dans un mariage formel jamais consommé, ou la jeune et belle Nicolas ?

     

     

     

     

     

    Lucien Lelong, un grand designer avec un sens aigu des affaires va transformer Nathalie de la jeune fille dans une icône de mode dévastateur.Au début des années 30 quand elle est apparue dans Vogue, pour tout le monde N représente pour Nathalie.
      
    La maison a lancé plusieurs parfums, après 1928 et est devenu un joueur très important dans l'industrie du parfum.
     
     
     
     
     
     
    Le N originale était quelque part perdu entre les nombreuses créations de la maison pendant les années 30.Sous le nom de «Parfum N», nous trouvons cette création dans le milieu des années 30 (1936) avec un flacon rectangulaire semblable à n ° 5.
     
     
     
     
    Histoire de l'ESCARPIN

    Natalie PELEY et Pierre Richard Willms  1935

      
    Mais une nouvelle vie a commencé pendant la guerre, quand Lucien Lelong a joué un rôle important pour la mode française sous l'occupation. Avec plusieurs autres parfums (Elle Elle, Passionément, Indiscret) N a été annoncé beaucoup pendant la Seconde Guerre mondiale dans les magazines de mode avec de très belles illustrations.
      
    La bouteille est arrondi comme une amphore. En français, le N se prononce comme "Haine" - haine / haine.
     
    Les parfums annoncés étaient comme un code secret pour les femmes françaises sous l'Occupation. Passion et de la haine, un jeu de l'amour.Mais tandis que N avait un sens patriotique pour le public, pour les amis proches de Lucien Lelong c'était une autre histoire.
     
      
      
      
      
      
      
    Tout d'abord, l'histoire amère de son divorce 1937.Il a également été le sentiment particulier de Nathalie pour les hommes (sa «haine» a été expliquée par ce qu'il a vécu pendant la Révolution russe), mais aussi la haine célèbres / jalousie entre Greta Garbo et Nathalie.
     
    Dans ce schéma complexe des significations du parfum N connaissait une nouvelle vie avec la Seconde Guerre mondiale et a été très bien accueillie par le public.N avait différentes légendes à Paris et à New York où Nathalie vivait avec son nouveau mari.
     

     

     

     

    Mais le parfum est encore plus intriguant et comme dans une histoire magique qu'il représente avec une perfection absolue les 2 interprétations - l'amour / admiration pour une jeune beauté et spéciaux, mais aussi la distance et la relation impossible. C'est un aldéhydiques florales très sec élégante comme une sculpture en marbre comme Nathalie Paley
     
     
      
     
      
      
      
      
      
    une grande beauté et le froid amour et la haine thème devient plus évident quand vous remarquez que le parfumeur a imaginé quelque chose de proche (mais pas similaire) Je reviens (Worth). L'image de la bien-aimée "Reviens" hante de sa présence à froid. Maintenant, rappelez-vous que ce n'est que spéculation poétique parce Je reviens a été lancée après la première parfums Lelong Lucien .
     
     
     

     

      
      
    Le parfum est un aldéhydiques florales construit autour de l'amertume verte de narcisse entouré par un bouquet floral et plusieurs bois sec avec notes poudrées.

     

    Le bouquet floral est quelque part entre Le Narcisse Bleu (Mury) et Je reviens (Worth) sans les notes balsamiques.Il dispose d'une note de jasmin blanc, le muguet, magnolia, lilas, rose très doux.Tout est en contraste avec une note boisée poudreuse, assez similaire à Vetirisia, disposant d'une ionone de méthyle et l'acétate de vetiveril fruitée.
     
     
     
      
      
      
      
    La note de tête du parfum est dominé par l'acétate de benzyle (jasmin) / ylang-ylang et de nombreux aldéhydes.Pendant l'évaporation, il ya la sensation d'un savon blanc mélangé avec du shampoing, un effet trouvé aussi dans une ancienne création d'Estée Lauder.
     
     
      
      
      
      
    Pendant quelques instants, j'ai pensé il ya une bonne quantité d'une base appelée Epicea mélangé avec Florizia.Il ya aussi une note importante épicé, boisé, comme la noix de muscade.Pas tout à fait un œillet, mais plutôt les épices seulement.Bien sûr, il ya une bonne quantité de certaines molécules classiques (le grand «piliers»), un soupçon de crème lactones et les notes sèches d'une base de cèdre / vétiver comme Sophora plus quelques coumarine.
     
     
     
     
     
     
     
    Dans le ASSÈCHEMENT il ya aussi une note chyprée amer, légèrement Animalic qui me rappelle l'effet de la Base de Animalis (mais en trace) dans un contexte boisé iris.
     
     
     

     

     

      

    L'idée principale semble être jasmin blanc / Narcisse + base + iris lys de la vallée des molécules au cours d'une dessiccation du cèdre / vétiver ainsi que de nombreux aldéhydes.Il n'est pas doux comme No5, ni jasmin-ambré comme Arpège mais sec comme le note boisée de Un air embaumé.
     
     
     

     

    La description de l'odeur, à cette époque était l'image parfaite de ce que j'ai senti plus d'un demi-siècle après le parfum a été mis en bouteille.Ici vous avez un texte original en français:

      

      

      

     

    "Un peu hautain, Très aristocratique, attractif, intrigant, Voici le parfum sec Seul Qui SOIT UNE Grande Réussite. Si le platine avait UNE odeur, il sentirait AINSI. [...] La Farouche odeur des Résistances forcées ... Le Tout malaxé, sous la Lune Pour Une Circé Qui habite le Ritz. "





     

    Amère comme les racines de gentiane, N était un parfum inhabituel et une présence étrange dans ces moments. Par une étrange coïncidence du travail du parfumeur, le nom et la vie de Nathalie et Lucien Lelong ont des obligations par un lien invisible au fil des ans.
     
     



     
      
      
      
      
    Vous pouvez lire l'histoire de Lucien Lelong le couturier de mode dans un livre récent avec la mode des images sublimes Lelong Lucien .
      
    Certains de ses parfums avec leurs bouteilles exquises sont en vedette également dans ce catalogue de vente Souvenirs de Parfum: Parfums de Lucien Lelong et chefs-d'œuvre d'aujourd'hui .

     

    Photos de Nathalie Paley et Lucien Lelong partir forum.alexanderpalace.org

     

    Il fut un styliste moderne, un artiste au goût impeccable. A ses débuts, Lucien Lelong sut attirer à lui les Parisiennes fortunées qui acceptaient volontiers de poser vêtues de ses modèles en échange de quelque ristourne.

      

      

    Dès 1925, cet esthète qui inventa le prêt-à-porter de luxe revendiquait un style «sport, simple, jeune», imposant une ligne «kinétique» qui traduisait parfaitement l'esprit du temps et la vitesse qui le caractérisait.

     

     

     

     

     

     

    Presque oublié, Lucien Lelong est aujourd'hui réhabilité par le somptueux album que lui consacre Jacqueline Demornex. Un ouvrage très documenté et illustré qui permet de redécouvrir toutes les facettes de cette figure centrale de la mode des années 1920 aux années 1950. (Jacqueline Demornex)

     


     

      

     
     
     
     
     
     
     
    SOURCES
     
    Dona Rodrigue
     
     
    http://sur-les-toits-de-paris.eklablog.net/lucien-lelong-couturier-de-renom-des-annees-1920-1930-a4542478?#!/lucien-lelong-couturier-de-renom-des-annees-1920-1930-a4542478
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

     

     

     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Roussel (Lingerie) 1940 Girdle

     

     

     

     

     

     

     

    http://www.karine-lingerie.fr/histoire-de-la-lingerie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  
    Robe de Madame Gres 1936

     

    Evening dress by Madame Gres, early 1950&#8217;s <a class=

    « Je voulais être sculpteur.

    Pour moi, c’est la même chose de travailler le tissu ou la pierre »

    disait Madame Grès 

     

    Evening dress by Madame Gres, early 1950’s France, MFA Boston

     

     

     

     

    Germaine Emilie Krebs, dite « Alix », puis « Alix Grès », et enfin célèbre

    sous le nom de Madame Grès (Paris, 30 novembre 1903 - 24 novembre 1993)

    est une grande couturière, créatrice de haute couture.

     

     

     

     

     

    Biographie

    Tout d'abord séduite par la danse puis par la sculpture, Germaine Emilie Krebs devient finalement modiste.

    Alix Grès débute en 1934 sous le nom d'Alix.

     

     

     

     

     

    Elle ouvre son atelier sous le nom d'Alix Couture.

     

     

     

     

    Elle obtient cette même année le premier prix de Haute couture

    à l'Exposition universelle de Paris.

     

     

    En 1935, elle réalise les costumes de la pièce

    La Guerre de Troie n'aura pas lieu, de Jean Giraudoux,

    dans une mise en scène de Louis Jouvet.

     

     

     

     

    Mariée au sculpteur russe Serge Czerefkov, elle emprunte son nom d'artiste, Grès

    (qui est le quasi-anagramme de son prénom).

     

     

     

     

     

     

    Elle crée ainsi sa propre maison de couture en 1935 sous le nom de Madame Grès.

    Son style est caractérisé par les drapés et les lignes pures.

     

     

    slideshow image

     

     

    La maison de couture est installée de 1942 à 1988 au 1, rue de la Paix, à Paris ;

    elle habite dans le XVIe arrondissement.

     

     

     

    Dress, 1940
    Madame Grès (French, 1903–1993)
    Evening gown with peplum, silk jersey

     

     

     

     

    Son style vestimentaire est immuable :

    des pulls à col-roulé et un turban dans les cheveux.

     

     

     

    À l'inverse de Coco Chanel, elle ne porte jamais ses créationsmais des vêtements cousus par ses ouvrières. Elle mesure 1 mètre 50.

     

     

     

    Dans les années 50, elle crée son premier parfum Cabochard,

     

     

     

    qui sera suivi par Cabotine.

     

     

     

    Lucien François, chroniqueur de mode, en a fait le portrait :

     

     

     

     

    « Avec son fin visage dont le vaste front est toujours orné de son turban,

    et ses yeux dont il ne lui est pas facile d'éteindre la malice,

    telle est Madame Grès ».

    En 1980 elle lance sa première collection de prêt-à-porter.

     

     

     

     

    Au nom de la Chambre syndicale de la haute couture,

    elle remet la Légion d'Honneur à Lola Prusac.

     

     

     

     

    En 1982, elle cède la parfumerie puis, en 1984,

    la maison de couture à Bernard Tapie.

     

     

     

     

    La griffe est rachetée en 1986 par la maison Jacques Esterel

    puis cédée en 1988 au groupe japonais Yagi Tsusho limited

    qui poursuit la création sous ce nom.

     

     

     

     

    Expositions

    En 1994, elle a été exposée

    au Metropolitan Museum de New York.

     

     

     

    En 2003, au Musée de Bourgoin-Jallieu, l'exposition Madame Grès, entre ombre et lumière

    a présenté une sélection de modèles de madame Grès, grâce à la maison de

    couture Jacques Esterel, propriétaire de la collection .

     

     

     

     

    En 2011, elle est exposée au musée Bourdelle qui lui consacre sa première rétrospective parisienne.

    En 2012, elle expose au Musée de la Mode (MoMu) d'Anvers.

     

     

    Madame Grès Evening Dress (Ivory silk jersey), 1950-1952, France. The Museum at FIT, Gift of Solange Landau.

     
     
     
     
     
     
    Le pli Grès

     

    Madame Grès a travaillé une étoffe en jersey de soie qu'elle avait

    commandé spécialement aux fabricants.

    Le pli Grès est formé pendant la construction de la robe, puis cousu.

     

     

     

    Il consiste à réduire un lé de tissu de 280 cm de large à 7 cm

    par la seule création de

    multiples plis très serrés.

     

     

     

    Ses robes drapées d'inspiration antique,

    ont fait sa renommée.

    C'est un des trois

    types de plis portant le nom de leur créateur.

     

     

     

     
     
    Clientes célèbres
    Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

    1940

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Ballgown by Madame Gres, 1945-55 France, Musee Galliera

    Ballgown by Madame Gres, 1945-55 France, Musee Galliera

     

     

     

     

     http://oldrags.tumblr.com/post/14279814802/b

    allgown-by-madame-gres-1945-55-france-musee

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Shoes by Steven Arpad, 1939 France, the Met Museum

     

     

     

     

    1940

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    1943

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    1943

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    1940

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    A rare color photograph of late 1940s styles.

     

     

     

     

     

     

    1943

     

     

     

     

     

     

    FRANCE 1944

     

     

     

     

     

     

     

    1941

     

     

     

     

     

    1940

     

     

     

     

     

     

     

     

    1947

     

     

     

    1942

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     ensemble robe beguin bebe raynal caroline 38 cm -* plumetis rose -

     

     

     

     

     ensemble robe beguin bebe raynal caroline 38 cm -* plumetis rose -

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Cristobal Balenciaga was known as a perfectionist, especially when it came to sleeves. Blume says, "It was perhaps a sign of real personal attention if you were one of the rare clients that he had lunch with, and at the end of the lunch he ripped out [your] sleeve and reset it." 

     

    Cristóbal Balenciaga Eizaguirre, né le 21 janvier 1895 à Getaria, petit village de pêcheurs de la côte basque espagnole, et décédé le 24 mars 1972 à Xàbia, était un grand couturier.

     

     

    Son style classique et épuré lui a valu de compter parmi ses clientes fidèles les Reines d'Espagne et de Belgique, la Princesse Grace de Monaco et la Duchesse de Windsor. Son travail a influencé de nombreux couturiers, tels que Oscar de la Renta, André Courrèges qui travailla dans son atelier, Emanuel Ungaro et Hubert de Givenchy.

     

    En 1968, le couturier décide de se retirer, c'est la fin de la haute couture pour la maison. La marque, appartenant de nos jours à PPR Luxury Group, est actuellement sous la direction de Alexander Wang depuis décembre 2012.

     

    Considéré comme un des grands couturiers du XXe siècle, l'œuvre de Balenciaga a accompagné de près l'évolution vestimentaire de la femme durant le première moitié du siècle. Son style se caractérise par la sobriété, les combinaisons de couleurs audacieuses et son inspiration espagnole, comme les robes infante.

    Durant les années quarante, il introduit des broderies et de la dentelle. Balenciaga puise dans le passé pour ses robes aux formes amples et arrondies, à l'opposé des silhouettes cintrées de Christian Dior. Durant ses plus grandes années, vers 1950, il sera souvent opposé, avec ses lignes fluides, au New Look de Dior qui triomphe alors à Paris et dans le monde à partir de 1947. Viennent ensuite les lignes tonneau, au dos arrondi et à la taille décentrée, semi-ajustée, en 1951, la veste ballon en 1953 enveloppant le haut du corps dans un cocon, la robe tunique deux ans plus tard, et la robe-sac en 1957.

    À la fin de sa carrière, son style évolue vers de plus en plus de sobriété, sans ornements superflus, où il fait montre de sa profonde connaissance des tissus.

     

     

    • 1895 : naissance de Cristóbal Balenciaga à Getaria en Espagne.
    • 1907-1911 : installé à Saint-Sébastien, il devient apprenti tailleur.
    • 1911 : à seize ans, il commence à travailler comme tailleur aux Grands magasins du Louvre à Saint-Sébastien, avant d'être nommé chef d'atelier de confection pour dames deux ans plus tard.
    • 1914 : il part s'installer à Bordeaux et travaille un temps avec des amis.
    • 1917 : revenu à Saint-Sébastien, il fonde sa propre entreprise, C. Balenciaga, sur la rue Vergara. L'année suivante, les sœurs Benita et Daniela Lizaso s'associent à lui et injectent des capitaux dans son entreprise qui portera désormais le nom de Balenciaga y Compaña.
    • 1919 : ouverture de sa première maison de couture à Saint-Sébastien.
    • 1924 : il installe une boutique de Couture sur l'avenue de la Liberté.
    • 1925 : la renommée de Balenciaga s'accroît. Des membres de la famille royale et de la Cour font partie de sa clientèle.
    • 1927 : il élargit sa clientèle en ouvrant une autre boutique plus traditionnelle, Eisa Costura sur la rue Oquendo, toujours à Saint-Sébastien.

     

     

     

    • 1931 : des difficultés économiques obligent Balenciaga à revoir sa stratégie commerciale.
    • 1932 : ouverture d'une maison de couture à Madrid, puis d'une autre à Barcelone, en 1935. Elles portent le nom d'Eisa, en référence à Eisaguirre, nom de sa mère.
    • 1936 : Balenciaga fuit la guerre d'Espagne et arrive à Paris, après un détour par Londres, délaissant pour un temps ses trois boutiques espagnoles.

     

    • 1937 : en juillet, il ouvre sa maison de couture au 10, avenue George-V, en partenariat avec Nicolas Bizcarrondo et Wladzio Jaworowski d'Attainville. Le 5 août, Balenciaga présente sa première collection. Le succès est immédiat.

     

     

    • 1939 : un autre défilé, où il présente cette fois une collection inspirée du Second Empire français, remporte lui aussi un vif succès.

     

     

    • 1943 : il introduit l'usage de la broderie et la passementerie dans ses robes su soir. Durant la Seconde guerre mondiale, il continue son activité, mais ce sont les années après guerre qui lui apportent le plus de succès.

     

     

     

    • 1947 : lancement de sa ligne tonneau qui attire l'attention du public et de son premier parfum, baptisé

     

     

    • « Le Dix », allusion à l'adresse de sa maison de couture à Paris.

     

     

     

    • 1948 : ouverture de la boutique « Balenciaga », toujours au 10 avenue George-V, boutique conçue par le décorateur Christos Bellos. La collection de cette année là est encensée par Carmel Snow, qui décidera alors de ne plus porter que du Balenciaga toute sa vie.

     

     

    • 1949 : lancement du second parfum : « La Fuite des Heures ».

     

     

     

     

     

    • 1950 : ses créations font appel aux manches melon, aux jupes ballon et à des tissus volumineux et lourds.
    • L'année suivante, Balenciaga revient à des lignes plus fluides, avec des tailleurs semi-ajustés, cintrés devant et vague derrière ; cette ligne sera appelée par Carmel Snow du Harper's Bazaar la « semi fitted look ».
    • 1955 : présentation de la tunique, robe étroite deux pièces aux lignes droites et épurées. Création de son troisième parfum : « Quadrille ».
    • 1958 : le 12 mai, Balenciaga est fait Chevalier de la Légion d'honneur pour sa contribution à l'industrie de la mode. Il crée la même année les robes « Baby Doll » et en queue de paon, longues derrière et courtes devant.

     

     

    • 1962 : lancement du parfum « Eau de Balenciaga ». Les parfums Balenciaga resteront une activité très annexe pour la maison.
    • 1963 : Balenciaga lance une élégante ligne de vêtements de style sport et introduit les premières bottes haute couture.

     

     

     

    • 1966 : Le Yorkshire Post titre « La bombe Balenciaga ».
    • 1967 : son style devient de plus en plus épuré et est acclamé par la presse internationale.
    • 1968 : Balenciaga décide de se retirer en Espagne, et ferme sa maison de couture à Paris. Les « années Courrèges » et de la mini-jupe, son refus de pratiquer le prêt-à-porter qui a révolutionné la mode depuis quelques années, auront eu raison de sa créativité et il présente sa dernière collection haute couture.

     

     

    • 1969 : le projet initié en janvier 1968 voit le jour : les uniformes[n 1] des hôtesses de l'air navigantes de la compagnie Air France, réalisés par Cristóbal Balenciaga qui s'est engagé pleinement dans cette commande, sont mis en service au milieu de cette année là. Deux ans plus tard, la maison équipe le personnel au sol d'une tenue différente. Malgré tout, dès le début, les uniformes rencontrent de nombreuses critiques.
    • 1972 : il crée la robe de mariage de Carmen Martínez-Bordiú y Franco. Il meurt à Xàbia, le 24 mars. Balenciaga est enterré dans le petit cimetière de Getaria.

     

     

     

    Durant sa carrière, le couturier refuse la mode pour ce qu'elle est, préférant le travail de coupe et le dessin de la silhouett. Les parutions dans les plus grands magazines de mode, grâce entre autres au soutient clairement affiché des influentes Diana Vreeland et Carmel Snow, les photos d'Henry Clarke ou Louise Dahl-Wolfe, la reconnaissance de Christian Dior qui appellera Balenciaga « Maître », feront du couturier espagnol une « légende de la mode » à l'influence très importante, symbole des années 1950.

      

      

      

      

    Rachat

    • 1986 : acquisition de Balenciaga par le groupe Jacques Bogart.
    • 1995 : premiers pas de Nicolas Ghesquière chez Balenciaga
    • 1997 : Nicolas Ghesquière est nommé à la direction artistique puis présente sa première collection de prêt-à-porter féminin. Il va transformer la marque dans les années suivantes.
    • 2001 : acquisition de la Maison par la marque italienne Gucci, qui sera intégrée deux ans plus tard au département luxe du groupe PPR.
    • 2011 : ouverture du musée Balenciaga au Pays basque.
    • 2012 : arrivée de Alexander Wang à la direction artistique.

     

    WIKIPEDIA

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire